28 février 2012

 

  dalta (sound and fury)

 

 

 

On a voyagé toute la nuit sur la lune
lilas, et tu verras de l’eau flotter sous un drapeau
en mal d’amour,
des lits folle
même le métal ne supportait plus rien, la peau
laisse la tomber aux autres instruments qui tombent
la croix comme un dernier détail, serré
building, les jours qui nous quittent dès la naissance, il y avait ton parfum
un pieu très pointu avec de la terre au bout
dans nos ventres, plus ou moins solubles
c’était ver
d'âtre
quand on y pense à la mort des trains, couchés la solution
dans les carcasses déchues, des corps en orthographe
nos fautes signalées à la craie, qu’on dessine à main levée, la ligne qu’il fallait suivre un peu comme un automate, nous laisse à l’aplomb
un cheval posé sur les épaules comme, s’il en pleuvait
toute la journée des limons, des livres pour nous abriter les mains le cou fontaine,
et mal
flot, gerbes de fleurs dans la Durance
entêtés
qu’est-ce qui m’a pris, de me tuer comme ça le corps avec vos propres mains, devant vous
c’est comme si tous les nuages étaient passés
au loin, au-dessus de votre tête
dalva le jour
je vous écris la nuit, les jambes liées pour avancer quand même les étages,
l’escalier en velours, l’écrin de la pierre précieuse
qu’il faut détruire avant le signal
je vous dis d’arrêter, de venir
vite

on nous a pris pour des jardins
ou pour de la ferraille
ou pour un mal de dos, alors
ferais-je un pas de plus sur le côté
pour accentuer mon ombre doute
comme cette rose évidente
non lu
dans la musique des libellules mortes
et des saisons tristes
en avez-vous
en as-tu trouvé des trésors
empoisonnés dans le fer
qu’on distribue aux enfants
des autres là-bas sur le tartan
j’ai brodé ta lèvre camisole
et j’ai pleuré
temps que j’ai pu
la sombre histoire
des équilibres lents
des avalanches
où nous étions encore au monde
à l’hôpital
et à la mer
avec tout ce qu’il est possible
de mordre
sexe attache et pourriture
savate en soie
pour marche pour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par olivier aliocha à 01:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur dalta (sound and fury) On a voyagé toute la nuit

Nouveau commentaire